Déclaration sur les privilèges entendants

  1. Extrait du texte Exploring Hearing Privilege d’Alison Aubrecht et Erin Furda, Deaf Echo.

    *Traduit de l’anglais états-unien, adapté et bonifié par Véro Leduc (les énoncés qui ont un *astérisque sont de Véro Leduc)
    (Désolée, mon LSQ n’est pas encore assez avancé: si une personne veut faire la vidéo, bienvenue!!!)
    Un mot de Erin, co-auteure:  » Pour moi, c’est important de se rappeler ce que signifie un privilège. Cela signifie des expériences, un accès, des droits que j’ai, parce que j’entends. […] Si je ne suis pas au courant des privilèges dont je dispose, je vais participer à l’oppression des autres, souvent sans le savoir, et je ne veux pas le faire. J’ai toujours cru en l’égalité, mais penser ou croire en quelque chose n’est pas suffisant. J’ai besoin de voir quel est mon rôle et je me demande comment je peux agir de manière à ne pas perpétuer l’audisme, le racisme, le sexisme, l’homophobie et d’autres formes d’oppression ».

    Un mot d’Alison, co-auteure:  » … le système … donne la préférence au fait d’être entendant, … l’idéologie est tellement répandue et tellement invasive qu’il est difficile d’aborder le fait que les Sourd-es vivent dans un système qui invalide constamment leur existence, sans que les gens en viennent tout de suite à l’idée pathologique que le moyen simple de «réparer» les obstacles serait de faire entendre les personnes sourdes. C’est un privilège entendant que d’admettre que cette idée soit acceptable et que personne ne s’inquiète que cette  «réparation» soit équivalente à la destruction de l’être sourd. Et c’est un privilège entendant que l’idée de «réparation» soit vue comme «la norme», «bienveillante», «acceptable», «neutre», tandis que l’idée que c’est en réalité une approche destructive est considérée comme «radicale», «militante »,« blessante » « .

    Les déclarations ci-dessous renvoient à des privilèges que nous avons l’impression qu’une personne entendante peut avoir, dû à l’unique raison d’être entendante. Nous reconnaissons qu’il existe des intersections et qu’il y a des privilèges énumérés ci-dessous qui sont spécifiques à des membres de la communauté anglophone d’Amérique (*ou francophone). (*Ou encore qui sont spécifiques aux personnes ayant d’autres privilèges lié à la race, la classe, le genre, l’orientation sexuelle, le statut d’immigration, la situation de handicap, etc.). Puisque cette déclaration a été réalisée grâce à cette collaboration entre entendante et Sourde, nous avons choisi de ne pas utiliser de déclarations au « je » en abordant les privilèges ci-dessous. Nous vous invitons à ajouter d’autres privilèges à la liste.

    Les privilèges entendants…

    *Le privilège entendant, c’est pouvoir avoir accès à cette liste de privilèges dans votre langue maternelle alors que des personnes Sourdes n’y auront accès pleinement que si et lorsqu’elle sera traduite en vidéo LSQ.
    *Le privilège entendant, c’est de pouvoir ignorer ses privilèges et pouvoir choisir de ne pas en prendre conscience sous prétexte d’être trop occupé-e.

    *Le privilège entendant, c’est possiblement d’avoir sa langue reconnue comme officielle et de pouvoir recevoir une éducation dans cette langue.

    *Le privilège entendant, c’est de prendre pour acquis que l’histoire entendante est représentative de tous les êtres humains.

    Le privilège entendant, c’est de ne pas représenter une « nouvelle expérience » pour les autres.
    Le privilège entendant signifie que les collèges et les employeurs ne se demandent pas si vous êtes capable de faire ceci ou cela en raison de l’état de votre audition.

    Le privilège entendant signifie de s’attendre à ce que le personnel dans les restaurants et les compagnies aériennes, les médecins, les administrateurs, les thérapeutes, les fournisseurs de services sachent communiquer et interagir avec vous sur le plan social et professionnel. Les gens ne vous ignorent pas, ne vous évitent pas, ne deviennent pas nerveux autour de vous ou n’agissent pas comme si vous étiez un fardeau pour eux et elles parce que vous entendez.

    Le privilège entendant signifie que les gens pensent que vous êtes un parent capable.

    *Le privilège entendant signifie que les gens pensent que vous êtes un parent compétent dans l’éducation de vos enfants, qu’ils soient Sourds ou entendants.

    Le privilège entendant, c’est d’être certain-e que les gens supposent que vous pouvez conduire, faire du vélo, faire fonctionner des machines, être un pilote… c’est d’être certain-e que les gens vont assumer que vous pouvez faire presque tous les métiers du monde.

    Le privilège entendant signifie qu’on ne vous a jamais envoyé le message que vous ne pouviez pas faire quelque chose à cause de votre statut auditif.

    Le privilège entendant, c’est voir les gens assumer que vous pouvez prendre soin et gérer à la fois des enfants Sourds et entendants dans une salle de classe.

    Le privilège entendant, c’est de pouvoir compter sur le fait que les gens supposent que vous soyez ponctuels.

    Le privilège entendant, c’est prendre pour acquis que les gens vont assumer que vous serez professionnel-le.

    Le privilège entendant, c’est de voir des gens assumer que vous êtes intelligent-e, même lorsque vous parlez / signez informellement.

    Le privilège entendant signifie que vous pouvez vous attendre à ce que tous les membres de votre famille puissent communiquer ou communiquent couramment dans votre langue maternelle.

    Le privilège entendant est de toujours avoir des professeur-es qui sont aussi entendant-es et qui parlent votre langue maternelle couramment.

    Le privilège entendant, c’est de ne jamais être étiqueté-e comme personne handicapée. Aucun symbole, personne, loi, ou document vous indique que vous êtes invalide, incapable ou en situation de handicap.

    *Le privilège entendant, c’est de ne pas voir le sujet de conversation changer pour le thème de l’audition, votre enfance ou vos difficultés quotidiennes lorsque les gens apprennent votre statut d’audition.

    Le privilège entendant est de ne jamais avoir de doute de la part de quelqu’un à savoir si vous êtes apte au travail.

    Le privilège entendant est de postuler pour un emploi sans craindre que vous ne serez pas embauché en raison de l’état de votre statut auditif.
    *Le privilège entendant est de vous attendre à vous rendre à l’entrevue d’embauche sans dépendre de la qualité des services de téléphone Relais pour influencer l’impression d’un-e futur-e employeur au téléphone.

    Le privilège entendant,  c’est de ne pas voir des gens blâmer vos lacunes en les liant à votre statut auditif.

    Le privilège entendant c’est de ne pas avoir quelqu’un ou des gens dans votre famille qui se sentent tristes que vous soyez né entendant. Personne autour de vous n’est passé par un processus de deuil à cause de qui vous êtes.

    Le privilège entendant est de converser avec vos ami-es en public sans être dévisagé-e.

    Le privilège entendant signifie qu’on ne vous demande jamais de défendre ou de justifier votre existence en tant que personne entendante.

    *Le privilège entendant signifie qu’on ne vous demande jamais d’expliquer votre existence en tant que personne entendante ni d’expliquer comment vous entendez le monde et tous ses détails sonores.
    Le privilège entendant est de faire des erreurs sans que les personnes pensent que vos erreurs soient caractéristiques de toutes les personnes entendantes.

    Le privilège entendant est d’avoir des opportunités en priorité avant les personnes sourdes tels que: des postes d’enseignement, des présentations à des conférences, des promotions d’emplois, et des participations à des comités.

    *Le privilège entendant est de pouvoir comprendre facilement les questions qu’on vous pose dans la vie quotidienne, votre travail ou lors de présentations publiques.
    *Le privilège entendant, c’est ne pas devoir compter sur la présence d’une personne (ami-e, proche, famille) pour faciliter la communication dans les contextes où les interprètes ne sont pas fournis.
    Le privilège entendant, c’est de pouvoir enseigner la LSQ ou l’ASL, ou encore de travailler dans des emplois nécessitant la maîtrise de la LSQ ou de l’ASL, sans avoir à prouver ses compétences en LSQ ou ASL.

    Le privilège entendant, c’est pouvoir interpréter dans certains lieux sans aucune certification en tant qu’interprète.

    Le privilège entendant, c’est d’être capable de joindre « la cause » et d’en sortir comme bon vous le semble. Vous n’avez pas à la vivre tous les jours si vous ne voulez pas.

    Le privilège entendant signifie que de nombreuses personnes sourdes vont agir de sorte à vous faire sentir confortable et ne pas vous confronter, même si elles ne pensent pas que vous faites la bonne chose, et ce, simplement parce qu’elles ne se sentent pas à l’aise de vous défier comme une personne entendante.

    Le privilège entendant, c’est de ne jamais être pris-e en pitié pour qui vous êtes.
    Le privilège entendant, c’est de ne pas avoir à rassurer quelqu’un qui vous demande pardon quand il découvre votre statut auditif.

    Le privilège entendant, signifie que vous pouvez appeler les entreprises et les organismes sans se soucier qu’ils vont vous raccrocher la ligne au nez.

    Le privilège entendant, c’est d’allumer le téléviseur et s’attendre à accéder à tout ce qui est diffusé.

    Le privilège entendant, c’est d’être capable d’aller à une salle de cinéma, à tout moment et profiter d’une projection de film.
    Le privilège entendant, c’est d’aller louer un film et le chercher selon ses intérêts et non pas selon la présence ou non de sous-titres.
    Le privilège entendant, c’est pouvoir jouir des arts et de la culture, n’importe où et n’importe quand, sans jamais se demander s’ils seront accessibles : pièce de théâtre, visites de musées, etc.
    Le privilège entendant, c’est d’être capable d’aller à une conférence, à une réunion activiste, à une assemblée de quartier sans jamais se demander s’ils seront accessibles.
    Le privilège entendant, c’est de pouvoir décider à la dernière minute d’aller à un événement sans devoir faire des démarches pour avoir des interprètes ou pour savoir si l’événement sera accessible au niveau de la communication.
    *Le privilège entendant, c’est de pouvoir décider à la dernière minute d’annuler sa participation à un événement sans se « sentir mal » de ne pas être présent-e à cause des démarches entreprises par d’autres personnes « pour vous » (sous-titrage de film, interprètes, etc.)
    Le privilège entendant, c’est d’aller à la salle d’urgence et de s’attendre à obtenir un service immédiatement, et à ce que toutes les infirmières et médecins puissent communiquer dans votre langue.
    Le privilège entendant, c’est s’attendre à ce qu’en cas d’urgence, tous les policiers, les pompiers, les ambulanciers et le personnel médical parleront votre langue.

    Le privilège entendant, c’est de pouvoir s’inscrire et suivre des cours ou des ateliers n’importe où et avoir accès à toute l’information. Vous pouvez vous attendre à ce que vous soyez autorisé-e à suivre les cours.

    Le privilège entendant, c’est la construction d’un CV solide parce que vous avez eu accès à ces opportunités sans difficulté d’accessibilité (cours, ateliers, stages).

    Le privilège entendant, c’est d’être capable de changer d’emploi et de rester dans la même ville sans craindre de ne pas pouvoir trouver un autre emploi.

    Le privilège entendant, c’est être autorisé-e à refuser de signer (communiquer en langues des signes) si vous le souhaitez.

    Le privilège entendant, c’est d’être capable de choisir une religion en fonction de vos croyances spirituelles, au lieu de ceux qui fournissent des services en LSQ ou ASL
    *(ex : Les témoins de Jéhovah).

    Le privilège entendant signifie avoir la possibilité de « servir » votre pays si vous le souhaitez
    (C’est une traduction de l’américain, la traductrice ne supporte pas l’engagement dans les forces armées).

    Le privilège entendant, signifie que vous n’êtes pas soumis à des tests médicaux répétés et douloureux sur vos oreilles, votre cerveau ou votre gorge.

    *Le privilège entendant, signifie que vous n’avez pas à prévoir du temps « en dehors » de votre vie familiale ou professionnelle pour aller consulter des « spécialistes »: audiologistes, audioprothésistes, otorhinolaryngologistes, orthophonistes, thérapeutes, organismes d’aide à l’emploi, etc.
    Le privilège entendant, c’est de ne jamais faire l’objet de pressions pour avoir une chirurgie pour «réparer» une « partie » du corps qui en fait, constitue possiblement un élément important de votre identité *(ou de votre rapport au monde).

    Le privilège entendant, c’est d’être capable de faire des erreurs en français ou en anglais écrit sans que les gens supposent que vous n’êtes pas capable d’écrire ou de lire.

    Le privilège entendant, c’est d’être assis dans une pièce et se sentir à l’aise avec la façon dont elle est mise en place. Les voitures, les trains, les avions, les salles de classes et les lieux culturels sont conçus pour s’adapter à vos préférences sonores et spatiales.

    Le privilège entendant, c’est de savoir que lorsque vous allez au tribunal, vous pouvez vous attendre à un jury formé de personnes entendantes. Cela signifie également de savoir que vous ne serez pas privé de la possibilité de servir comme juré en raison de votre statut auditif.

    *Le privilège entendant, c’est d’être capable de réaliser une tâche sans vous soucier de l’accessibilité nécessaire pour la réaliser.

    Le privilège entendant, c’est d’être capable de réaliser une tâche sans que quelqu’un intervienne sans votre demande, pour faire la tâche à votre place, en supposant que vous ne pouvez pas la faire à cause de votre statut auditif.

    Le privilège entendant, c’est s’attendre à comprendre les messages de n’importe quel haut-parleur (aéroports, jeux de ballon, auditoriums, trains, métro, messages d’urgence, etc.).

    Le privilège entendant, c’est pouvoir commander par le « service à l’auto »
    *Le privilège entendant, c’est pouvoir entendre les messages du préposé-es par le haut parleur dans une station d’essence en libre-service.
    *Le privilège entendant, c’est de pas être pris pour un-e imbécile ou un-e asocial-e lorsque vous ne répondez pas à une personne qui vous apostrophe hors de votre champ de vision.
    Le privilège entendant, c’est s’attendre à trouver des groupes de soutien, des groupes d’activité, des groupes sportifs où votre langue est utilisée, même dans les petites villes.
    *Le privilège entendant, c’est pouvoir se prévaloir de services psychologiques ou sociaux dont le thème est délicat sans se soucier de la présence d’une troisième personne (interprète).
    *Le privilège entendant, c’est ne pas avoir à se préoccuper de la confidentialité des informations interprétées par un-e interprète. Même si la confidentialité est de mise dans ce métier, l’erreur professionnelle est possible.
    *Le privilège entendant, c’est s’attendre à accéder, sans souci d’accessibilité communicationnelle, à des groupes ou des activités organisées par et pour les personnes minorisées pour cause de leur identité de genre, leur orientation sexuelle, la race, la classe, le handicap, le statut d’immigration, leur travail, etc. et ce,  notamment lorsqu’on se sent appartenir à  l’un de ces groupes.
    *Le privilège entendant, c’est pouvoir s’impliquer dans la communauté féministe, queer, lesbienne, gai, bisexuelle transexuelle, handicapée, racisée, immigrante, étudiante, activiste, etc. sans souci d’accessibilité communicationnelle.
    *Le privilège entendant, c’est pouvoir choisir ses luttes et y participer sans souci d’accessibilité communicationnelle.
    *Le privilège entendant, c’est participer à des mobilisations comme le « printemps érable », sans composer avec des phrases stigmatisantes comme « un dialogue de sourds ».
    *Le privilège entendant, c’est s’attendre à pouvoir faire n’importe quelle activité culturelle, éducative, sportive, politique, communautaire, familiale, touristique, sans jamais se soucier de l’accessibilité communicationnelle.
    Le privilège entendant, c’est de vous représenter. C’est savoir que votre choix exact de mots sera utilisé. Vous n’avez pas besoin d’attendre après un interprète. Vous n’avez pas à vous demander si l’interprète sera compétent ou qualifié.
    *Le privilège entendant,  c’est ne pas devoir compter sur l’interprète pour que le message que vous émettez ou celui que vous recevez soit transmis de façon juste.

    Le privilège entendant, est d’être capable d’avoir des conversations directes avec des enseignant-es, des superviseur-es, des membres de conseil d’administration, partout et en tout temps.

    *Le privilège entendant, est d’être capable d’avoir des conversations directes avec des inconnus partout et en tout temps du moment qu’ils ou elles parlent moindrement votre langue.
    Le privilège entendant, c’est pouvoir vous présenter à votre conseil municipal, au conseil d’arrondissement, à l’assemblée nationale ou toute autre instance politique et être capable d’avoir une conversation directe dans votre langue.
    *Le privilège entendant, c’est de ne pas devoir faire semblant que vous comprenez pour ne pas gêner la conversation.
    *Le privilège entendant, c’est de voir des gens assumer que vous êtes intelligent-e, même lorsque vous demandez de répéter quelque chose.
    *Le privilège entendant, c’est de ne pas avoir à sensibiliser les personnes nécessaires aux endroits nécessaires en espérant qu’un jour elles vont faire les actions nécessaires pour qu’enfin vous puissiez participer à la société et à la vie de façon satisfaisante et non discriminatoire.
    *Le privilège entendant, c’est d’autres choses encore, car ceci est une liste incomplète.
    Quelques conseils pour déconstruire vos privilèges :
    1 – Faire une liste de tous les privilèges que vous pourriez avoir. 

    2 – Prendre un moment, tous les jours, pour travailler sur votre compréhension des privilèges et des façons de les déconstruire.

    * Reconnaître qu’une « bonne volonté » n’épargne pas une autocritique;

    * Chercher et se donner les moyens de transformer la culpabilité inutile en gestes de solidarité concrets;

    * Ne pas mettre pas les personnes Sourdes en position de devoir justifier leur ras-le-bol de l’oppression;

    * Avoir un-e ami-e ou un membre de la famille qui soit sourd-e, bien que cela vous ait possiblement sensibilisé-e, ne vous épargne pas d’une autocritique;

    * Chercher et se donner les moyens de connaître l’histoire des Sourd-es pour comprendre les liens entre l’oppression historique et les conditions sociales, culturelles, politiques actuelles.

    3- Comprendre que de faire une « bonne action » une seule journée ne signifie pas que vous avez terminé le travail de devenir un-e allié-e entendant-e. Ne cherchez pas la gratitude pour votre travail de déconstruction de vos privilèges ou dans le fait de devenir un-e allié-e.

    * Se rappeler à ce sujet que si vous avez le « bonheur ou l’honneur d’aider » des Sourd-es, les Sourd-es n’ont pas nécessairement le « bonheur ou l’honneur d’aider » des entendant-es et que cela s’appelle un rapport de pouvoir.

    * Prendre conscience que la reconnaissance sociale que vous gagnez en participant à des activités ou en occupant un travail où vous faites des actions « pour les Sourd-es » vous est possible notamment que parce que des personnes Sourd-es vivent une oppression au quotidien.

    * Soyez conscient-es que vous tirez une « fierté » de faire avancer les choses là où les Sourd-es peuvent vivre un découragement à ce que leur savoir et leur pouvoir ne soit pas reconnus.

    4- Identifier des petits et grands moyens pour commencer à changer/transformer activement les systèmes qui vous accordent des privilèges, afin de veiller à ce que les règles du jeu plus équitables.
    * Par exemple, tentez d’accorder le plus de place possible pour que les personnes Sourdes puissent participer aux projets et aux décisions qui les concernent en prenant compte que ces changements demandent du temps.
    * Acceptez de mettre de côté vos privilèges et la reconnaissance sociale que vous pourriez bénéficier en laissant plus de place aux personnes Sourdes.
    5 – Reconnaître que rester «neutre» ou «objectif» peut être une forme de privilège entendant. 
    6 – Partager l’information avec des groupes non privilégiés qui n’y ont pas nécessairement accès. 
    7 – Si vous occupez une position où vous avez la chance de travailler avec les personnes Sourdes, ou de parler à propos des personnes Sourdes, s’assurer de  partager les informations aux personnes Sourdes, de valoriser les informations produites par elles et de donner du crédit à leur contribution. Donnez une partie de vos bénéfices pour les organisations dirigées principalement par les personnes sourdes.
    8- Acceptez que les erreurs font partie du processus de déconstruction pour devenir un-e allié-e. N’abandonnez pas.

    * Merci à Janik Bastien et Laeticia Bourdot pour leurs corrections du présent texte.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :